Les ulcères gastriques chez le cheval

Les ulcères gastriques chez le cheval

Définition

Un ulcère gastrique est défini comme une altération/érosion de la muqueuse de l’estomac. Une augmentation de l’acidité de l’estomac et donc de la production d’acide gastrique va favoriser l’apparition de ces lésions. 

Signes cliniques / symptômes

Les symptômes de cette pathologie sont plutôt généraux et non spécifiques : 
  – Manque d’appétit, mauvais état général, fatigue, intolérance à l’effort
  – Changement de comportement : agressivité, nervosité, gêne au sanglage, au pansage, rétif à la jambe
  – Signes de coliques récurrentes, souvent après les repas
  – Bruxisme : grincements de dents 
  – Baisse des performances, diminution de l’amplitude des foulées
  – Tics à l’appui, à l’air, bâillements répétés, flehmen

Mécanismes d'apparition des ulcères gastriques

Pour comprendre ces mécanismes, il est indispensable de connaitre l’anatomie de l’estomac du cheval

Les ulcères gastriques du cheval se situent majoritairement sur la ligne appelée Margo plicatus. Cependant, toutes les parties de l’estomac peuvent être ulcérées. 

En temps normal, la production d’acide gastrique est contrebalancée par la production de salive, de mucus (par l’estomac) et par les aliments. Il existe donc un équilibre entre ces différentes substances afin de ne pas altérer la muqueuse de l’estomac. Cet équilibre est maintenu grâce à des mécanismes de régulation de la production de ces substances.

Si ces mécanismes se retrouvent perturbés, l’acide gastrique est produit en trop grande quantité, tandis que la production de mucus diminue. La muqueuse de l’estomac se trouve donc sans aucune protection contre l’acidité. Des lésions peuvent donc apparaitre sur la muqueuse de l’estomac : ce sont des ulcères. 

Il existe plusieurs stades d’ulcère, le plus avancé pouvant aboutir à la perforation de la muqueuse et à une perte de sang dans l’estomac (les vaisseaux sanguins étant touchés). On pourra alors retrouver du sang dans les crottins. 

Les facteurs de risque

Certains facteurs peuvent favoriser l’apparition d’ulcères gastriques : 
  – Un exercice intense avec l’estomac vide ou juste après la ration de granulés/céréales
  – Une alimentation trop riche en céréales, un jeûne prolongé entre 2 repas
  – Le stress
  – Des parasites de l’estomac (gastérophiles), certaines pathologies intestinales ou hépatiques
  – Un traitement prolongé avec des anti-inflammatoires à forte dose, une anesthésie

La technique de diagnostic

La gastroscopie est la meilleure technique pour diagnostiquer avec certitude la présence et le stade des ulcères gastriques du cheval. 

Traitements

Le but de tout traitement d’ulcères est de protéger la muqueuse de l’estomac tout en limitant la sécrétion d’acide gastrique. 

En général, les vétérinaires conseillent la prise d’antiacides ou de protecteurs de la muqueuse. Certains compléments alimentaires peuvent avoir des actions cicatrisantes et protectrices de la muqueuse par leur effet tampon. Les pansements digestifs vont soulager la douleur mais ne seront pas une solution à long terme. 

Votre vétérinaire sera le plus qualifié pour répondre à vos questions sur ces traitements ! 

Prévention

Comme pour de nombreuses pathologies : le meilleur traitement c’est la prévention ! 

Afin de limiter le risque d’ulcères gastriques chez votre cheval, il faut veillez à la gestion de l’alimentation et de son mode de vie. 
Pensez à fractionner la ration en plusieurs repas au cours de la journée et toujours précédés de la distribution de fourrages (s’ils ne sont pas à volonté). Si possible, donnez une ration pauvre en céréales et donc en amidon. Limitez les périodes de jeûne.
La vie au pré est idéale pour limiter le stress de votre cheval, quand cela n’est pas possible, essayez de favoriser les sorties au paddock. 
Adaptez son rythme de travail : réalisez un travail régulier, réduisez la durée et/ou l’intensité du travail
Enfin, veillez à être à jour des vermifuges et à faire un bilan avec votre vétérinaire pour éliminer tout soupçon d’ulcères gastriques ! 

Sources : classequine, IFCE, enseignement en pathologie de l’IFOA

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.