Le gros intestin du cheval

Le gros intestin du cheval

Ce que l'on sait

Le gros intestin fait suite à l’intestin grêle par l’ostium iléal et se termine à l’anus. Il est divisé en 3 segments : 
  – Le caecum
  – Le colon
  – Le rectum

Le colon du cheval peut être lui-même divisé en 3 portions : ascendante, transverse, descendante. 
La portion ascendante est encore divisé en 4 parties : colon ventral droit, colon ventral gauche, colon dorsal gauche, colon dorsal droit. 

C’est dans cet organe que se termine la digestion. Dans la partie terminale s’accumulent les résidus qui sont ensuite rejetés à l’extérieur lors des défécations. 

Il y a une forte activité microbienne grâce aux bactéries cellulolytiques du caecum qui vont digérer la cellulose (aucun autre organe du tube digestif n’en ai capable !). Cette digestion est lente (30-35h). La cellulose est dégradée par fermentation et les glucides fermentés sont récupérés et transformés en acides gras volatils. Ils couvrent 30% des besoins énergétiques ! 

Le gros intestin est le lieu de prédilection de la réabsorption d’eau et de minéraux (potassium, sodium, chlorure et phosphore). 

D'un point de vue ostéopathique

Les signes d’appel d’une dysfonction du gros intestin sont quasiment identiques à ceux vus dans l’article « L’intestin grêle du cheval ». Seul votre vétérinaire, votre ostéopathe ou votre naturopathe pourront déterminer quelle portion de quel organe est en dysfonction. 

Lors d’une dysfonction du caecum, votre cheval pourra manifester une gêne et/ou une sensibilité dans la partie droite de l’abdomen, dans le creux du flanc droit. S’il s’agit d’une dysfonction du colon, la gêne ou la sensibilité pourra se localiser au niveau de la partie gauche de l’abdomen ou dans la partie inférieure droite de l’abdomen. 

Le gros intestin est en contact avec la rate, le foie, le pancréas, le rein droit et le muscle diaphragme. Nous pourrons donc retrouver des dysfonctions viscérales mais également vertébrales (par l’intermédiaire des nerfs splanchniques et des plexus coeliaque et mésentérique) et une contracture, un spasme du diaphragme ou encore une respiration saccadée. 

Si l’on suit toujours le principe d’Andrew Taylor Still selon lequel « Le corps est un tout », une dysfonction viscérale du gros intestin pourra engendrer des compensations et des dysfonctions sur l’ensemble du corps de votre cheval : crâne, colonne vertébrale, antérieurs et postérieurs.

Sources : enseignement en nutrition de l’IFOA

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.